Grand coup

Le grand coup

Il consiste à couper une ou plusieurs cartes maîtresses dans le but de se réduire en atouts. Quand on s'aperçoit, en effet, que l'adversaire possède un atout que l'on ne peut lui prendre en impasse par manque de cartes de cette couleur au mort, on tente de se réduire au même nombre d'atouts afin de le lui capturer.

Prenons l'exemple suivant où Sud exécute le contrat de 4 piques :

 

 

 

A 5

 

 

 

 

 

V 5 4

 

 

 

 

 

A R D V

 

 

 

 

 

A D V 2

 

 

 

 

 

 

 

 

6

          

N

 

D 9 8 7

 

A R D 7

O

 

E

10 9 8

 

9 8 6  

10 3 2

 

10 9 8 6 5

 

S

 

7 4 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R V 10 4 3 2

 

 

 

 

 

6 3 2

 

 

 

 

 

7 5 4

 

 

 

 

 

R

 

 


Ouest commence par réaliser sa tierce majeure à coeur, puis rejoue le 9 de carreau. Sud prend, rejoue le 2 de pique pour l'as, puis le 5 de pique du mort, faisant l'impasse avec le 10 de sa main. Sud voit alors Ouest ne pas fournir. La dame d'Est semble imprenable puisqu'il n'y a plus d'atout au mort pour refaire l'impasse.

Sud peut cependant y parvenir en jouant de la manière suivante : il joue le 4 de carreau pour le valet du mort, puis l'as de trèfle qu'il coupe avec le 3 de pique. Sud rejoue le 5 de carreau pour la dame du mort, puis la dame de trèfle qu'il coupe avec le 4 de pique. Sud est maintenant à égalité d'atout avec Est et il n'a plus qu'à jouer le 7 de carreau pour aller au mort. Sud joue trèfle ou carreau et Est doit couper et entrer dans la fourchette R V de Sud.

Il s'agit donc d'une réduction d'atout qui, comme son nom l'indique, consiste à réduire la main longue en atouts de manière qu'elle ne possède plus que le même nombre de cartes que l'adversaire. Pour ce faire, on coupe des cartes maîtresses ou non. Lorsque ces cartes sont maîtresses et que l'on doit couper deux fois, c'est un double grand coup ; si l'on doit couper trois fois, c'est un triple grand coup.

Roger Trezel  - "L'officiel du Bridge "